Le poète

Publié le

Et au clair, au clair de la lune,
Je t’en prie mon ami Pierrot
Prête moi ta plume de lune
Pour écrire une pluie de mots
Je dirai la pâleur des matins
Qui efface le froid de nos nuits
J’oublierai la laideur de l’ennui
Pour apprendre de nouveaux chemins
Ceux qui font mourir la solitude
En créant l’empire du Beau

Ma chandelle maintenant est morte
Je n’ai plus le feu de tes yeux
Ouvre moi bien grande ta porte
Sur l’histoire du merveilleux
Dans ma tête des papillons de fête
Tourbillonnent en porte-bonheur
Je voudrais caresser la lumière
Me nourrir de perles de vie
Pour qu’en moi notre pauvre terre
Brille enfin jusqu’à l’infini



Commenter cet article